Pan Am Taekwondo

Événements médaillés


Galerie de photos


Aperçu sportif

Né en Corée, avec des racines historiques remontant à plus de deux millénaires, le taekwondo est un art martial disputé en matchs de trois reprises de deux minutes chacune. Les combattants montent sur le tapis, portent un équipement de protection sur leur tête et leur poitrine — les zones de comptage de points du sport. Pour gagner le match, les compétiteurs tentent des coups de pied ou de poing sur leurs adversaires dans les zones de comptage de points pour en gagner. Le système de comptage de points récompense l’activité et le style, comme marquer un coup avec un retour à l’adversaire. Il en résulte des mouvements très athlétiques et dynamiques au moment de donner des coups de pied et des coups de poing.

Le Canada a remporté trois médailles d’or en taekwondo lors de chacun des deux derniers Jeux panaméricains, dont deux en 2011, et un total impressionnant de cinq médailles sur le sol canadien à Winnipeg en 1997.


Historique

Le taekwondo, qui signifie « la voie du pied et du poing », est un art marial originaire de la Corée. Bien que ce nom ne soit devenu officiel qu’au milieu du 20e siècle, le sport puise ses origines dans le taekkyon (« pied-poing »), un style qui date de l’époque des trois royaumes de la Corée, vers 50 av. J.-C. La discipline est l’un des deux arts martiaux asiatiques du programme olympique, l’autre étant le judo. Le taekwondo a intégré les Jeux olympiques à titre de sport de démonstration en 1988, à Séoul, et en 1992, à Barcelone. Il est officiellement devenu un sport olympique en 2000, à Sydney. Les matchs se déroulent dans une aire carrée ou octogonale de 8 m x 8 m recouverte de tapis, avec trois rondes de deux minutes chacune entrecoupées de pause d’une minute. L’uniforme est blanc et les participants portent un casque et un plastron. Chacun a sa couleur, l’un le rouge, l’autre le bleu.


Le sport

Le but du taekwondo est de donner des coups de pied et de poing dans le plastron et le casque de l’adversaire tout en étant à l’intérieur des zones colorées en rouge et en bleu. Les coups de pied d’une certaine puissance rapportent un point lorsqu’ils sont portés au plastron ou deux points dans le cas d’un coup de pied retourné. Un coup de poing rapporte un point. Lors des matchs, les athlètes portent des vestes électroniques qui recouvrent leur partie supérieure et qui mesurent la force des coups de pied absorbés. Les coups de pied portés à la tête de l’adversaire rapportent trois points, tandis que les coups de pied retournés en rapportent quatre.

Les infractions, comme utiliser les genoux, pousser, tenir, frapper en dessous de la ceinture et frapper les adversaires qui sont par terre, peuvent entraîner une pénalité.

Un athlète peut gagner de quatre façons différentes : en mettant son adversaire hors combat à l’aide d’une technique valide, en remportant le plus de points, en cumulant un avantage de 12 points à la fin de la deuxième ronde ou lorsque l’adversaire est disqualifié.

Les compétitions sont divisées en huit catégories de poids (quatre pour les hommes et quatre pour les femmes) et en tournois à élimination simple. Les vainqueurs de chaque combat s’affrontent pour la médaille d’or selon leur catégorie de poids et leur sexe. À tout stade de la compétition, tous les participants vaincus par l’un des finalistes participent au tournoi de repêchage. Les deux perdants de la demi-finale affrontent les gagnants des deux tournois de repêchage pour tenter de décrocher la médaille de bronze.


Terminologie

Dobok
Uniforme du compétiteur.

Hong
Athlète qui porte l’uniforme rouge.

Shi-jak
Ordre de l’arbitre d’entamer le combat.

Renseignements supplémentaires

Renseignements supplémentaires